L’histoire du défi

Le transport contribue pour 24 % des émissions de gaz à effet de serre en dans la région Grand Est, proche des émissions de l’industrie manufacturière et devant le bâtiment (17 %) selon les chiffres donnés par l’ATMO Grand Est en 2016.

Déclencher le changement de comportement pour passer de la voiture individuelle à des modes plus actifs (marche, vélo, transports en commun) passe par des actions de sensibilisation qui touchent directement les citoyens.  

C’est dans cette logique que le défi « Au boulot, j’y vais à vélo ! » a été mis en place en 2010. Il a pour objectif d’inciter un maximum de salariés à se rendre sur le lieu de travail en vélo durant les deux semaines du défi. Les kilomètres salariés à vélo sont comptabilisés par entreprise et un classement est élaboré pour valoriser les entreprises selon leur taille.

Ce défi, qui s’est tenu ces 9 dernières années, a connu une participation grandissante : en 2018, le nombre de structures participantes a été de 202 (hors Eurométropole de Strasbourg), contre 114 en 2014. De cette participation constamment en hausse s’en suit un impact positif suivant la même progression : de 25 tonnes d’équivalent CO2 évités en 2014, ce chiffre est monté à 46 lors de l’édition 2018.

Ces différentes évolutions positives s’expliquent notamment par l’extension du défi au-delà du territoire de l’Alsace, pour devenir un défi à l’échelle du Grand-Est : arrivée en 2017 du PETR du Pays de la Déodatie ; en 2018, c’est la Communauté de Communes d’Épinal qui rejoint le défi ; pour 2019, c’est la Moselle qui est mise à l’honneur pour la première dans le défi avec la participation de la Communauté de Communes Sarrebourg Moselle Sud.

En 2017, le défi a été décliné pour les établissements scolaires. « À l’école, j’y vais à vélo ! ». Cette déclinaison représente un exercice d’application pour transmettre aux adultes de demain les enjeux du développement durable tout en les sensibilisant à la sécurité routière et à la nécessité de pratiquer du sport pour sa santé. Certains territoires, en fonction de leur configuration, ont également souhaité proposer une déclinaison du défi sur des modes de déplacement alternatifs à l’autosolisme sous le nom de « défi multimodal ». Ces deux déclinaisons ont été reconduites en 2018 et le seront en 2019.

Des résultats au fil des éditions en constante progression !

Voici les organisateurs du défi “Au boulot, j’y vais à vélo !” :

Sans se substituer aux collectivités locales, le PETR du Pays du Sundgau a pour vocation de fédérer l’ensemble des partenaires locaux autour d’un projet commun de développement. Les objectifs de cette structure intercommunautaire sont de définir et de participer aux orientations stratégiques de développement et d’aménagement du territoire du Sundgau, afin de mettre à l’étude, programmer, réaliser – ou confier – tout projet qui présente un intérêt à l’échelle de ce territoire. Elle peut également instruire, animer et mettre en œuvre des politiques publiques d’aménagement et de développement de son territoire.

Le PETR Rhin-Vignoble-Grand Ballon mène des projets sur le territoire de 3 communautés de communes (Région de Guebwiller, Centre Haut-Rhin, Pays-Rhin-Brisach) dans les domaines de l’énergie, de la mobilité et de l’économie. Cette démarche est menée de manière volontaire et concertée grâce aux commissions thématiques qui réunissent des habitants, des entreprises, des associations pour proposer des actions aux élu⋅e⋅s. Elles ont permis la création d’un espace info-énergie, la réalisation d’audits énergétiques de bâtiments communaux et des ateliers de sensibilisation au changement climatique dans les écoles. Aujourd’hui reconnu comme Territoire à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV), le PETR lance une vaste opération mutualisée d’actions sur la mobilité durable.

Le Parc naturel régional des Ballons des Vosges a été créé autour de la Grande Crête, du Ballon d’Alsace et du plateau des Mille étangs. Son périmètre comprend les 16 vallées alsaciennes, lorraines et franc-comtoises du sud du massif Vosgien. Si le Parc est connu pour sa préservation des patrimoines, il contribue aussi au dynamisme économique et à l’aménagement durable de ce territoire de moyenne montagne. Pour y parvenir, son projet s’appuie sur le soutien à l’agriculture de montagne, la transmission des savoir-faire, la promotion des produits locaux ou encore l’accueil et l’information des publics. Le développement d’un urbanisme rural de qualité liés aux enjeux énergétiques, architecturaux et paysagers figure aussi parmi ses actions.  Avec 197 communes et 250 000 habitants il fait partie des parcs naturels régionaux les plus denses de France.

Axes traversants, tourisme et déplacements quotidiens, font de la mobilité un enjeu fort du Parc qui porte notamment la navette des crêtes et des études mobilités. Le défi A vélo est l’occasion de s’adresser aux employeurs, aux salariés et aux écoles en favorisant une réflexion autour de la mobilité quotidienne et en développant des liens entre les habitants.

La ville d’Obernai s’est engagée, depuis plus de dix ans, dans le développement durable avec la mise en place d’actions concrètes notamment dans le domaine des transports. Le transport urbain Pass’O dessert tous les quartiers et pôles d’activités de la ville et les bus sont en correspondance avec les TER en gare d’Obernai. Un réseau de voies vertes, pistes et bandes cyclables et les zones 30 facilitent les déplacements à vélo. Un service public de location de vélos à assistance électrique permet de tester ce type de cycle représentant une réelle alternative à la voiture. Et depuis le 1er mars 2019, la Communauté de Communes du Pays de Ste Odile encourage la mobilité active par un dispositif d’aide à l’achat de vélos neufs avec ou sans assistance électrique (vélos urbains, VAE, cargos et tricycles).

Le défi-vélo et la fête du vélo du 26 juin 2019 visent à encourager l’usage du vélo au quotidien. Les Obernois et les nombreux salariés travaillant à Obernai sont invités à monter sur leur selle durant la quinzaine du vélo et bien au-delà.

Le Pays Bruche-Mossig-Piémont est une association qui agit pour le développement du territoire couvert par 5 communautés de communes (77 communes, 101 500 habitants). Le Pays a pour vocation de constituer un territoire de projets, c’est-à-dire d’assurer la coordination de projets à l’échelle du bassin de vie en partenariat avec les acteurs locaux.
Énergie climat / transition énergétique : portage d’un plan climat depuis 2008, d’un espace info-énergie depuis 2012, d’une plateforme de rénovation énergétique, d’un appel à projet « Territoire à énergie positive », du développement de l’économie circulaire.
Emploi-formation-insertion : coordination et animation de dispositifs et d’événements en lien avec les acteurs du territoire.
Création d’entreprise : animation et gestion d’une pépinière d’entreprises, accompagnement des créateurs.
Animation d’un programme Européen « LEADER » de développement du territoire

L’Association pour le développement de l’Alsace du Nord (ADéAN) est l’association des 7 communautés de communes d’Alsace du Nord qui regroupe plus de 220 000 habitants sous la bannière du Pays d’Alsace du Nord. L’ADéAN s’est engagée depuis 2009 dans une démarche climat-énergie volontaire et a développé, dans ce cadre, des actions pour accompagner la rénovation énergétique des bâtiments, le développement des mobilités alternatives à la voiture individuelle et les énergies renouvelables. L’ADéAN relaie, depuis 2012, le défi « Au boulot, j’y vais à vélo ! » qui connaît un réel succès chaque année.

Le PETR du Pays Thur-Doller est né d’une initiative et d’une volonté partagées de trois communautés de communes (Communauté de communes de Thann-Cernay, de la vallée de la Doller et du Soultzbach, et de la vallée de Saint-Amarin) de mettre leurs forces et atouts en commun pour développer l’attractivité du territoire. Il travaille ainsi principalement sur les thématiques suivantes : le développement économique, le développement touristique, la planification foncière via le Schéma de cohérence territoriale (Scot), la transition énergétique via le plan climat-air-énergie territorial (PCAET), le développement rural via l’animation du programme de financement européen « LEADER ». Sur certains sujets, des services aux particuliers ont été développés comme le primo accueil de la création d’entreprise, la plateforme de la rénovation énergétique globale de l’habitat Oktave, et l’espace info-énergie.

Le Pôle d’Equilibre Territorial et Rural (PETR) Sélestat Alsace Centrale présente la caractéristique d’être situé sur les deux départements du Bas – Rhin et du Haut – Rhin. Structure composée de 52 communes ou 4 intercommunalités (communauté de communes de Séléstat, du Ried de Marckolsheim, de la Vallée de Villé, et du Val d’Argent) pour un population de 77 000 habitants, le PETR chapeaute des actions dans le domaine de la lutte contre le changement climatique et la promotion de la mobilité. De plus, des services aux particuliers ont été développés comme la présence d’un espace info-énergie et d’un conseiller Oktave œuvrant à la rénovation énergétique globale. Le PETR dispose également de l’expertise de commissions thématiques qui réunissent des habitants, des entreprises, des associations pour proposer des actions aux élu⋅e⋅s. Enfin, il entretient des partenariats avec les EPCI hors PETR, notamment la communauté de communes du canton d’Erstein.

Depuis 2015, la Communauté de Communes Sarrebourg Moselle Sud (CCSMS) met en œuvre un programme d’actions labélisé « Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte » (TEPCV) par le Ministère de la Transition Economique et Solidaire et porte en parallèle plusieurs démarches territoriales structurantes pour favoriser le développement durable de son territoire. La CCSMS s’investit notamment à travers la réalisation de son Plan Climat-Air-Energie Territorial (PCAET), la mise en place de la labellisation Cit’ergie mais également dans  la mise en œuvre d’une démarche d’Ecologie Industrielle et Territoriale et de promotion la mobilité durable : si le territoire possède un réseau cyclable relativement étoffé (près de 100 km de pistes ou voies vertes et 35 km de voies partagées), la mobilité cyclable reste principalement cantonnée à la pratique touristique et de loisirs. C’est dans l’optique d’augmenter la part du vélo dans les déplacements du quotidien que la CCSMS a décidé de prendre part à l’édition 2019 du Défi « Au boulot, j’y vais à vélo ! ».

La Communauté d’Agglomération d’Epinal compte aujourd’hui 78 communes et regroupe 116 000 habitants sur une superficie de plus de 1 100 km2. Ce rassemblement lui permet d’être un acteur important au cœur du Sillon Lorrain et de la Région Grand Est. Située dans un cadre naturel, à 2h20 de Paris en TGV, l’Agglomération est un territoire d’industries au cœur de l’Europe. Son soutien fort envers le secteur économique s’exerce notamment sur les pôles image / numérique ; le pôle bois / écomatériaux afin de créer un environnement propice à l’innovation et aux nouvelles idées. « Reliant Luxembourg à Lyon, la véloroute « L’Echappée Bleue Moselle-Saône à vélo » traverse notre territoire sur 75 km et nous permet de faire du vélo un attrait de développement touristique. »

Colmar Agglomération comprend à ce jour 20 communes sur le territoire desquelles réside une population de près de 115 000 personnes. L’Agglomération offre un niveau d’infrastructures de transports lui permettant de bénéficier d’une attractivité renforcée.
Le territoire a développé, très tôt, une politique de développement durable notamment dans le domaine des transports doux  à impact environnemental réduit.
Colmar Agglomération est engagé, depuis plus de dix ans, dans une démarche de Plan Climat Air Energie (PCAET). Cette démarche de progrès, qui vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à développer les énergies renouvelables, concerne différents secteurs d’activités tels que l’habitat, la gestion des déchets, l’éclairage public, les transports … et le défi « Au boulot, j’y vais à vélo ! » fait partie intégrante de son plan d’actions en faveur du climat.

Le PETR du Pays de la Déodatie rejoint les collectivités de l’ancienne Alsace pour participer à l’édition 2017 du défi « Au boulot, j’y vais à vélo ! ». Adossé au versant occidental du massif vosgien, au Nord Est du département des Vosges, le Pays présente la double caractéristique d’être intégralement situé dans le massif des Vosges et d’être le second bassin industriel de Lorraine par le nombre de salariés dans l’industrie.
Territoire de 119 000 ha, composé de 111 communes ou 8 intercommunalités, le Pays de la Déodatie se localise en partie centrale d’un axe comprenant à l’ouest le sillon lorrain et à l’est le sillon alsacien, structurant chacun l’espace du grand Est.
Situé dans le prolongement de l’axe Metz-Nancy par la RN 59, le territoire du Pays se retrouve en situation de « porte d’entrée » sur le massif vosgien et sur l’Alsace.

Saint-Louis Agglomération, située tout au sud de l’Alsace aux frontières avec la Suisse et l’Allemagne, regroupe 40 communes et plus de 78 000 habitants.  Elle est engagée dans une démarche de plan climat depuis 2012. À ce titre, elle a déjà organisé de multiples actions de sensibilisation du public aux économies d’énergie, notamment grâce à des permanences « Espace info-énergie » itinérantes et à la réalisation de thermographies de façades des maisons des habitants. Elle promeut également la mobilité durable, grâce à un réseau de bus en pleine croissance, un soutien à l’installation d’une station d’autopartage sur son territoire ainsi qu’un réseau de pistes cyclables de 36 km. En 2016, elle a choisi de soutenir pour la première fois le défi régional « Au boulot, j’y vais à vélo ! ».   Elle s’est également lancée dans une ambitieuse démarche d’obtention du label européen « Cit’ergie/European Energy Award », qui récompense les collectivités engagées dans une politique climat-énergie ambitieuse.

La communauté d’agglomération Mulhouse Alsace Agglomération (M2A), ce sont 39 communes regroupées sur un même bassin de vie pour réaliser les grands projets du territoire et pour faire des économies de gestion (développement économique, déchets, transports, habitat, etc.). Avec plus de 275 000 habitants, soit plus d’un tiers de la population du Haut-Rhin, M2A est la 20e communauté d’agglomération française. L’agglomération mulhousienne dispose d’un vaste réseau d’aménagements cyclables et propose des services nombreux et variés permettant de faciliter toutes les pratiques du vélo. M2A a été la première collectivité alsacienne à être dotée du label “Territoire Vélo” décerné par la Fédération Française de Cyclotourisme (FFCT). Ce label distingue les collectivités territoriales qui offrent aux cyclistes un accueil, des services et des équipements adaptés à la pratique du cyclotourisme.

Le défi s’inscrit dans les démarches volontaires et réglementaires des plans climat alsaciens, vosgiens et lorrains et la démarche Planètes 68 du Département du Haut-Rhin